Réseau Ouest Africain Anthropologie des Epidémies Emergentes

https://shsebola.hypotheses.org/

Des anthropologues et d’autres chercheurs en sciences sociales travaillant en Afrique de l’Ouest ont créé le réseau EB-SHS (pour Réseau Ouest-Africain de Sciences Humaines et Sociales sur Ebola) en septembre 2014, lorsque l’épidémie a touché cinq pays (Guinée, Sierra Léone, Libéria, Nigéria, Sénégal). Initié par l’équipe du Centre de Recherche et de Formation à la prise en charge clinique de Fann (CRCF) de Dakar, ce réseau s’est étendu au Mali, Niger, Ghana, Bénin, Côte d’Ivoire, Cameroun, Burkina Faso et Guinée Bissau pour développer l’analyse des effets sociaux de l’épidémie et des dispositifs de riposte dans les pays voisins. Il réunit des chercheurs en sciences sociales, qui ont pour but le partage d’information, la mutualisation d’outils méthodologiques et des perspectives d’analyses théoriques des dimensions sociopolitiques de l’épidémie, l’élaboration de programmes de recherches communs ou comparatifs et la coordination de la publication des résultats. Le réseau est coordonné par Bernard Taverne (Institut de Recherche pour le Développement (IRD-UMI 233) et l’équipes du CRCF de Dakar. Ses axes de recherche et d’échanges sont spécifiques aux contextes des pays voisins de l’épicentre de l’épidémie à MVE, en phases de risque épidémique ou de flambée épidémique La recherche d’appui financier est en cours.

Le Réseau Ouest-Africain Anthropologie et Epidémies Emergentes est inscrit dans la continuité du Réseau Ouest-Africain SHS (Sciences Humaines et Sociales) Ebola, créé en septembre 2014.

En Janvier 2016, au vu de l’émergence d’épidémies de Lassa et de Zika, le comité de coordination décidait d’étendre le réseau aux épidémies émergentes, tout en focalisant son approche disciplinaire sur l’anthropologie, majoritaire parmi les membres du réseau, et en gardant une ouverture pour d’autres disciplines ou pour des approches pluri ou inter-disciplinaires.

*Le Réseau est dirigé par un comité de coordination composé de représentants des pays et institutions à l’initiative du Réseau (Sénégal, Guinée, Bénin, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Niger) qui se réunit régulièrement.