Projet de recherche en sciences sociales

  • EBSEN. Epidemie d’Ebola et production sociale de la confiance au Sénégal

Dates : octobre 2014 – février 2016

Promoteurs : IRD, IMMI, MSAS

Investigateurs: Dr Khoudia Sow, Pr Alice Desclaux

Equipe de recherche : Dioumel Badji, Albert Gautier Ndione, Maguette Ndaw, Souleymane Sow, Mouhamed Badji, équipe de terrain.

Résumé : L’épidémie d’Ebola qui touche l’Afrique de l’ouest a donné lieu dans les trois pays les plus atteints à des tensions sociales entre populations et institutions sanitaires. Au Sénégal, la MVE (maladie à Virus Ebola) a été diagnostiquée chez un patient venu de Guinée fin août 2014, impliquant la mise en place d’une prise en charge et de mesures de santé publique notamment pour le suivi de 74 cas contacts. L’OMS a déclaré la fin de l’épidémie le 17 octobre et considéré que la gestion sénégalaise de cette crise avait été un succès. Dans ces situations très contrastées, la confiance des professionnels de santé et de la population envers le dispositif institutionnel de réponse à l’épidémie semble être un élément clé de l’évolution épidémiologique. Ce projet vise à comprendre les déterminants de cette confiance aux niveaux micro et macro-social, pour les individus et pour les institutions, afin de discuter les capacités du système de soins sénégalais à faire face à de nouveaux cas, et de préciser les mesures et stratégies qui pourraient être promues dans d’autres pays.

Ce projet de recherche, de perspective appliquée et analytique, investigue quatre thèmes :les perceptions de la vulnérabilité individuelle et collective et l’expérience de l’exposition au risque parmi les personnels de santé ; l’information en circulation sur la MVE et la réponse et sa dynamique parmi le personnel et les agents « à l’interface » avec la population (gardiens et vigiles, médiateurs communautaires) ; les effets sociaux de l’épidémie etdu dispositif de réponseau travers de l’expérience vécue par les malade(s), cas suspects, sujets contacts mis sous surveillance à domicile ; les points de confiance et de défiance vis-à-vis de l’information diffusée par les institutions et des mesures sanitaires de protection dans diverses populations.

Etat d’avancement : Le recueil de données a été réalisé sur les thèmes concernant le patient de 2014, et reste à compléter sur les cas suspects. Le financement initial (IMMI, IRD) a donné lieu à un rapport scientifique à diffusion restreinte. Un financement complémentaire obtenu auprès d’Expertise France permet de terminer les enquêtes. Les résultats ont été présentés oralement notamment auprès du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, et à de nombreuses occasions.Un article a été publié, un article est à paraitre et d’autres sont en préparation.

Alice.desclaux@ird.fr, khoudiasow2007@yahoo.fr

  • POSTEBOGUI [Re] vivre après Ebola en Guinée

Dates : 2015 – 2016

Promoteur : INSERM

Investigateurs: Pr Moumié Barry, Pr Eric Delaporte. Partie Sciences sociales : Dr Bernard Taverne

Equipe de recherche : (Partie Sciences sociales) Souleymane Sow, Bernard Taverne, Alice Desclaux, en collaboration avec Moustapha Diop (LASAG : Laboratoire de Sociologie-Anthropologie de Guinée, Université de Sonfonia, Conakry), Dioumel Badji.

Résumé du projet : Le projet POSTEBOGUI« [Re]vivre après Ebola en Guinée », est développé par l’Unité Mixte Internationale TransVIHMI (UMI 233 IRD / U 1175 INSERM) avec l’Université de Conakry, le Service des Maladies Infectieuses du CHU de Donka et de Macenta, le Laboratoire d’Analyse Socio-Anthropologique de Guinée (LASAG) de l’Université de Sonfonia, et leurs partenaires.Ce programme vise à décrire et analyser les conséquences cliniques, immuno-virologiques, psychologiques et socio-anthropologiques de la maladie sur une durée de 12 mois après la sortie du Centre de Traitement Ebola (CTE).- 450 adultes et enfants/adolescents sont suivis en collaboration avec les associations de patients guéris, dans le Service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Donka à Conakry et à l’hôpital préfectoral de Macenta.L’équipe du CRCF accueille à temps partiel une partie de l’équipe SHS de Postebogui pour les phases de traitement et analyse des données, en particulier le chercheur Souleymane Jules Sow. D’autre part, l’équipe du CRCF apporte un appui méthodologique à l’équipe du LASAG au travers de formations (notamment aux applications Zotero, Dedoose, Trello, etc).

Objectifs : L’objectif de la partie SHS est de décrire et analyser les dimensions sociales, culturelles et politiques, de l’expérience individuelle et collective de la maladie. Les thèmes spécifiques abordés dans une approche qualitative comprennent 1/ Les perceptions et expériences des survivants et l’impact social de la maladie2/ Les perceptions de la transmission et la stigmatisation 3/ Les particularités de l’expérience des professionnels de santé 4/ L’impact social sur les enfants et les familles 5/ L’expérience et le traitement social des sujets contacts.

Etat d’avancement : Recueils de données en cours.

Informations:https://postebogui.wordpress.com/