Gouvernance et sida en Afrique

Gouvernance et sida en Afrique : accès universel, différentiels nationaux. Limites, obstacles et perspectives. ANRS 12251

Promoteur : Agence Nationale française de Rercherche sur le Sida et les hépatites virales (ANRS), Contrat d’initiation de recherche

Responsables scientifiques : Fred EBOKO, UMR 912 «Sciences économiques et sociales, systèmes de santé, sociétés» (IRD-INSERM Université Aix-Marseille 2 de la Méditerranée) ORS PACA, Marseille, France, Maurice ENGUELEGUELE, Institut Africain de la Gouvernance, Dakar, Sénégal

Date : 2011 – 2012

Résumé : Le projet vise à comprendre les configurations d’acteurs nationaux, locaux et internationaux impliqués dans l’organisation de la prise en charge des patients en Afrique. Les échecs comme les réussites dans la mise en oeuvre des recommandations internationales et nationales ne sont pas liées à un déficit d’expertise locale mais à l’absence ou à la faiblesse du lien entre les décideurs politiques et institutionnels et les réseaux d’experts et d’acteurs de la santé publique.

L’ambition opérationnelle de cette recherche est de travailler sur la construction de ces liens, sur leur institutionnalisation mais aussi sur leur « informalité ».

Il s’agit d’étudier les relations entre les «réseaux de politiques publiques» qui interviennent dans la réalisation d’action de santé publique à partir d’un thème transversal («L’Accès universel ») et de thèmes particuliers : PTME, prise en charge des Orphelins et Enfants Vulnérables (OEV), prise en charge et prévention auprès de populations vulnérables suivant les pays (MSM, usagers de drogues, par exemple).

La méthode :
– L’identification des acteurs et des réseaux d’acteurs impliqués dans l’accès aux ARV et réunis par l’objectif de l’Accès Universel et du 6ème objectif des ODM;
– La récolte de la littérature grise et de la littérature scientifique concernant les thèmes cités précédemment ;
– Des entretiens avec les acteurs permettant de reconstruire la mémoire administrative desdits réseaux de l’action publique en matière de sida ;
– L’organisation de rencontres formelles entre les représentants des différents réseaux d’acteurs

Autres pays impliqués : Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire